Culture

Culture: Nos découvertes de cet hiver 2020

Pendant ces jours -pas si- froids, on s’est roulée sous la couette pour lire (encore plus qu‘au mois de décembre 2019 où on reprenait doucement la lecture), pour mater de nouvelles séries et on a timidement mit le nez dehors pour aller au cinéma. On vous raconte nos découvertes de cet hiver 2020 en toute objectivité !

Du côte de Laurie, on a découvert quoi cet hiver 2020 ?

Beaucoup de travail pour Laurie en cet hiver 2020, ça se ressent sur ses découvertes et sa présence dans les salles de cinéma ! 😉

Niveau Série ?

image, affiche, découvertes Laurie, série, Netflix, hiver 2020

Cheer, au début je l’ai lancé comme ça en guise de bruit de fond et puis au fur et à mesure, je me suis attachée aux persos, à la fin j’étais à fond avec eux !!! Le cheerleading est un sport de dingue ! Certes cette série documentaire ne plaira pas à tout le monde, mais pour moi elle est validée !

Spinning out, cette série est sympa, tout en étant un peu prévisible / gnangnan mais ça se laisse regarder.

Niveau films ?

image, affiche, découvertes Laurie, film, Selfie, film français

Selfie, j’ai beaucoup aimé cette comédie, critique ses les réseaux sociaux et la façon dont la société les consomment. Étant en plein dedans j’ai bien rigolé.

Et toi Virginie, quelles découvertes cet hiver 2020 ?

Côté Films, Virginie vous raconte :

image, affiches, découvertes Virginie, films, cinéma, Netflix, hiver 2020

Charlie’s Angel, réalisé par Elizabeth Banks : j’avoue que je m’attendais un peu à un nanar, le film que tu regardes sans grande conviction pour faire plaisir à ceux qui sont avec toi. Mais en fait, j’ai bien aimé, ce n’est pas du grand art mais on se prend bien à l’histoire, malgré quelques longueurs. Il y a un peu d’humour, d’action. En bref, ce n’est pas le film de l’année mais on passe un bon moment.

Je ne suis pas un homme facile, de Éléonore Pourriat. J’avais envie d’un film drôle et léger quand je suis tombée sur ce film. Après un mauvais coup, Damien, un serial séducteur machiste, se retrouve dans un monde matriarcal. Il va essayer de séduire Alexandra, son double féminin, dont il tombe amoureux.
Ça aurait pu être bien, le pitch d’une société matriarcale où se retrouve ce tombeur bas-de-gamme, se rendant compte des difficultés que peuvent avoir les femmes aujourd’hui. Mais non, pour l’illustrer, le film tombe dans les clichés : une société avec des Femmes de pouvoir c’est une société où les femmes se comportent comme des hommes. Exit la féminité, elles n’ont le pouvoir que parce qu’elles deviennent des hommes (corps de métiers et comportements considérés comme “masculin”, vêtements, …). C’est vraiment dommage de tomber de tomber dans cette facilité quand on veut dénoncer le sexisme.

Hook, ou la Revanche du capitaine Crochet, de Steven Spielberg
Retour en enfance avec ce film sur Peter Pan et son retour au pays imaginaire. Hook a très bien vieilli et c’est un plaisir de se laisser à nouveau porter par le jeu de Robin Williams.

Niveau Séries, ces mois de janvier et février, ont été variés :

image, affiche, découvertes Virginie, série, Netflix, hiver 2020

Arrow (Saison 1 à 5) : La série où les morts ne sont jamais morts ! Haha, c’est pas fou fou, mais j’aime bien. Je glisse ça en fond quand je tricote et c’est nickel.

Dix Pour Cent (Saison 1 à 3) : J’ai eu un peu de mal au début, sans “vrai” trame de fond (à part la vie d’une agence d’Agents) je me lasse vite, j’aime les séries où les épisodes sont liés. Et puis ça a décollé et j’ai dévoré la fin de la saison 2 et la 3.

Sex Éducation (Saison 2) : J’ai ris aux premiers épisodes et j’ai décroché. Trop de tout, des clichés non-assumés, des situations trop invraisemblables (je suis la seule à vouloir que quelqu’un se pose la question du carnet disparut ?!). À vouloir parler de tout, on ne parle finalement pas de grand chose et c’est vraiment dommage car la thématique est vraiment importante. J’ai regardé la fin sans grande conviction, à voir où nous mène la prochaine saison.

Outlander (Saison 5) : Début timide pour cette nouvelle saison, les premiers épisodes patinent, j’attends de voir quand les choses sérieuses vont commencer !

Et côté livres ? On a lu quoi ces premiers mois de l’année ?

image, couvertures, livres, romans, découvertes Virginie, hiver 2020

La petite fille de Monsieur Linh, de Philippe Claudel. Monsieur Linh quitte son pays en guerre, il ne gardera de ce dernier que ses souvenirs, sa maigre valise et sa petite fille qu’il serre fort dans ses bras. Il arrive dans ce nouveau pays où tout lui est inconnu : les gens, les odeurs, la langue. Mais Monsieur Linh ne doit pas se laisser abattre, il doit être fort pour sa petite fille. Ce récit de Philippe Claudel est bouleversant, l’écrire est simple, rapide mais on le garde en tête après l’avoir refermé. C’est de ces livres qui touchent. On se laisse transporter dans le nouveau quotidien du vieil homme, de ses peurs et des nouveaux repères qu’il doit prendre. Je vous le conseil !

Femmes Invisibles, de Caroline Criado Perez
Cet essai publié chez First Éditions met en lumière les conséquences de l’absence de données genrées dans les statistiques d’aujourd’hui. De la fabrication de téléphones trop grands pour des mains de femmes, aux toilettes publiques avec toujours plus de queue chez les “Dames”, en passant par le dosage des médicaments, non-adapté à nos constitutions. Très intéressant ! C’est juste dommage que le livre s’arrête au constat de tout ça, sans proposer de solution pour changer les choses.

La Passe-Miroir (Livre 1 & 2) de Christelle Dabos
Vous n’avez pas pu passer à côté de ce phénomène ! J’ai adoré, c’est léger mais pas trop “simple” à lire, moi qui avait un peu peur du côté roman pour ados/ jeunes adultes, je n’ai pas du tout ressenti ça. C’est moins développé qu’un Trône de Fer certes, mais l’univers est cohérent, les personnages attachants. J’ai dévoré le premier volume en quelques jours, sans pouvoir m’arrêter. Et le second m’a fait le même effet ! J’essaie d’être moins hâtive avec le troisième car je n’ai pas encore le dernier tome sous la main. Et quelque chose me dit que je vais vouloir le lire sans m’arrêter…
Une bonne saga pour s’évader sans prise de tête.

Le retour des bandes dessinées cet hiver 2020 pour Virginie ?

image, couvertures, BD, romans graphiques, découvertes Virginie, hiver 2020

Tant pis pour l’amour, ou comment j’ai survécu à un manipulateur, de Sophie Lambda
Ce roman graphique autobiographique de Sophie Lambda est de ceux qui restent même une fois refermé. On y pense, on y repense. Son trait léger contrebalance bien le sujet, plutôt intense. Une fois commencé, on veut arriver au bout, on y croit en même telle, on a mal en même temps, ça sert la gorge et ça fait halluciner. À lire !

C’est comme ça que je disparais, de Mirion Malle
Pas facile de mettre des mots sur cette pathologie, comme un mal invisible : la dépression. Cette BD canadienne, je le précise car le vocabulaire anglais/français m’a surpris au départ, m’a secoué par ses mots. J’ai pleuré en lisant certaines cases qui ont fait écho en moi. Et ça fait du bien ! Je la conseille aussi vivement.

Et vous les coquelicots, vous avez quoi de beau à nous conseiller ?

Article écrit par Virginie et Laurie

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.